L’enjeu des élections au parlement européen

dimanche 24 mai 2009

Ce débat s’est tenu le 14 Mai 2009.

Il avait pour but de réfléchir sur l’enjeu des élections européennes au Parlement européen.
Le parti pris avait été d’inviter que des représentants de partis de gauche.
• Alain Dontaine du Front de Gauche,
• Marina Girod de l’Ain de Europe Ecologie,
• Jonathan Maccioni du Parti Socialiste,
• Roseline Vachetta du Nouveau Parti Anti-capitaliste.
Il y avait aussi dans la salle un représentant d’ATTAC : François Chantran et un représentant de Collectif SUD, Paul Dencausse. Ils n’ont pas souhaité intervenir au côté des partis mais ont participé au débat.

(Ce compte rendu a été rédigé à partir de notes prise lors du débat : il est forcément incomplet et les rédacteurs s’excusent auprès des intervenants et des participants)

Interventions :

FRONT DE GAUCHE :
L’élection a lieu dans un contexte de crise profonde.
L’Europe devrait être une solution mais c’est aujourd’hui le problème !
-  Tous les critères du Traité de Lisbonne sont les causes de la crise ; ils ont volé en éclats … mais il continue à être ratifié par certains gouvernements.
-  L’Europe est bâtie sur la concurrence.
-  Il n’y a pas de plan de relance unique et coordonné (chacun essaye de « tirer son épingle du jeu »)

Les objectifs de cette élection sont
-  sanctionner Mr Sarkozy
-  remettre en cause le Traité de Lisbonne
-  ouvrir les perspectives d’une autre politique pour l’Europe.

EUROPE ECOLOGIE :
Il faut engager une transformation radicale et urgente des modes de vie autour de trois thèmes : l’alimentation, l’environnement, le social.
Pour cela Europe Ecologie propose l’élaboration d’une nouvelle constitution en prenant en compte d’autres critères que les seuls critères économiques.

Plaidoyer pour :
-  une relocalisation de l’économie (création d’emplois verts, aide à la personne)
-  un revenu minimum européen … mais aussi un revenu maximum
-  la défense des services publics
-  la réduction du temps de travail
-  la liberté de circulation des hommes… mais pas celle des capitaux (à taxer)
-  la lutte contre le réchauffement climatique.

PARTI SOCIALISTE :
Ces élections ont pour but avant tout de s’opposer à la droite libérale.
« L’ennemi » ce n’est pas l’Europe mais c’est la droite européenne.
Le Traité de Lisbonne a augmenté les pouvoirs du Parlement.

Propositions :
-  réviser la fiscalité
-  légiférer sur les questions financières

NOUVEAU PARTI ANTICAPITALISTE :
Il faut aller voter pour rompre avec l’Europe libérale.
Il faut une rupture profonde, refaire une autre Europe.

Il faut créer des situations de crise pour faire évoluer cette Europe.
Elle doit se faire en partant de la base.
Proposition de mettre en place un processus constituant soumis au peuple. Il faut s’opposer au lobbying des industriels, faire tourner les mandats. Il ne faut pas qu’il y ait une harmonisation par le bas !

Après ces quatre exposés, le débat permit aux participants de donner leur point de vue et de poser des questions aux intervenants.
Le NPA dut s’expliquer sur son refus de rejoindre le Front de Gauche.
Le PS dut s’expliquer sur ses positions souvent proches du PPE (Parti Populaire Européen de droite !) Ainsi le PSE (Parti Socialiste Européen) a voté la privatisation de l’énergie.
Les quatre partis furent critiqués pour être incapables de proposer un « programme commun »

Après le débat un « pot » permit aux participants de continuer à échanger leurs idées.


Agenda

<<

2018

 

<<

Avril

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30123456