GPS

Accueil > Transports > Collectif Tram 5 > Rencontre Collectif Tram 5 – Geneviève Fioraso

Rencontre Collectif Tram 5 – Geneviève Fioraso

jeudi 20 août 2009, par Roger Barlet

Après avoir rencontré en avril 2009 le nouveau président du SMTC, Marc Baïetto, le collectif Tram 5 a rencontré le 19 juin dernier Geneviève Fioraso, députée de notre circonscription. Ces deux rencontres avaient pour objectif d’approfondir la relation entre l’arrivée de la ligne E àMeylan et notre futur Transport en Site Propre (TSP) rive droite et de rappeler l’urgence de ce TSP.
L’étape suivante consistera àrencontrer les responsables communaux des communes concernées (de Meylan àCrolles) pour obtenir l’inscription ou la confirmation d’inscription des réserves foncières nécessaires aux PLU locaux.

Notre députée avait demandé la présence ànotre rencontre de Jacques Chiron, adjoint aux transports de Grenoble et VP du SMTC. Ceci a évidemment entraîné une surestimation des problèmes grenoblois face ànos problèmes de la rive droite. Le poids financier d’un TSP et la nécessité d’arriver à35 000 voyageurs/jour pour justifier un tram ont été rappelés mais la déception de la délégation a suscité l’envoi d’une lettre àG. Fioraso après la rencontre.

Notre déception a été double telle que nous la précisons ci-après par quelques extraits de notre lettre :

(…) Notre première déception c’est que Jacques Chiron a monopolisé le débat et a surtout parlé des problèmes Grenoblois. Nous avons pris acte de son propos affirmant que la Rocade Nord n’obérerait pas les capacités d’investissement des collectivités locales pour les transports en site propre (TSP). Mais qui va croire de tels propos ? À tout le moins, il y aura des reports des investissements pour les TSP alors que leur urgence est manifeste et que, pour la rive droite du Grésivaudan, la légitimité sociale (améliorer le temps et la qualité du transport pour tous), économique (continuer àfavoriser les emplois et àdiminuer le temps des trajets emplois-habitat) et écologique (diminuer les émissions de CO2 et de polluants liés àl’utilisation presque exclusive de la voiture et respecter lePPA de 1996) en font une alternative incontournable qui ne peut être renvoyée aux calendes (…)

(…) Améliorer la 6020, limiter la circulation des bus dans Grenoble et optimiser leur parcours ont notre complet accord àcondition qu’on prenne en compte les besoins des usagers du Grésivaudan qui rentrent dans Grenoble. Rappelons que la grande majorité des 170 000 déplacements Grésivaudan-agglomération grenobloise se font vers Grenoble et que le transit Grésivaudan-Voironnais est limité à10 %. C’est dire que nous n’échappons pas sur la rive droite du Grésivaudan àl’exigence de pénétrantes TSP efficaces vers Grenoble.

(…) Notre deuxième déception c’est que raisonner en terme de TSP en utilisant les chiffres des transports publics d’aujourd’hui c’est refuser d’affronter l’avenir. Dire que 20 000 voyageurs /jour pour l’arrivée àMeylan de la ligne E est en dessous du seuil raisonnable et que vers Crolles c’est encore pire, se fonde sur les chiffres d’utilisation des TC d’aujourd’hui qu’il faut impérativement améliorer. A Grenoble nous plafonnons vers 15 % d’utilisation des TC alors que le PDU visait 19 % pour 2012 c’est-à-dire pour demain et dans le Grésivaudan nous en sommes à6 %. On peut dire qu’il n’y a pas grand chose àfaire, que les progrès sont mainte-nant difficiles àcause des lourds problèmes financiers ou alors, au contraire, que la marge de progression est énorme pour autant que nous mobilisions des moyens efficaces et rapides, réellement alternatifs àla voiture (…)

(…) Les grenoblois ont su mettre en œuvre une politique volontariste en matière de TC, ils ne peuvent pas cantonner ce volontarisme au grand Grenoble et oublier le périurbain vers le Grésivaudan d’autant plus que c’est une des vraies alternatives àla saturation automobile dans la ville centre. Bien sur cette volonté de transports efficaces et performants devra se faire avec la coopération et la participation de la nouvelle AOTU du CCPG.
Nous ne doutons pas qu’au final notre députée saura catalyser les énergies nécessaires. Notre collectif y est prêt plus que jamais

Décidément le Collectif tram 5 n’a pas d’autre choix qu’amplifier la mobilisation de la rive droite pour répondre àun besoin dans le droit fil du « Grenelle de l’environnement  ». Nous prendrons de prochaines initiatives pour relancer une pétition propre àCrolles et Bernin

Roger Barlet responsable du Collectif