GPS

Accueil > Ressources > Le saviez-vous ? > Les gens du voyage

Les gens du voyage

On en parle !

mardi 7 octobre 2014, par Jacqueline Buisson

À St-Ismier, l’aire des gens du voyage a été ouverte il y a peu de temps. Son emplacement ne peut être ignoré : sous la déchèterie...

L’opposition municipale l’avait contesté en vain lors de la délibération. Les gens du voyage que nous avons rencontrés n’en sont pas choqués : ils sont habitués ! Habitués àstationner près des déchèteries, des cimetières, des voies ferrées, des autoroutes. « Ainsi, on n’embête personne  », m’ont dit certains.

Comprenant 20 emplacements et 10 blocs sanitaires, cette aire, créée par le SIZOV, est gérée au quotidien par une société privée, payée également par le SIZOV, mais la gestion va bientôt passer àl’intercommunalité. Un responsable passe chaque jour et perçoit 2,5 € par jour et par emplacement ainsi que les frais d’eau et d’électricité. Il règle aussi les problèmes matériels. Installés dans de grosses caravanes, les gens du voyage peuvent rester au maximum trois mois. Ils sont souvent artisans ou font les marchés en vendant de la brocante ou autre... Il n’est pas facile d’avoir des précisions sur leurs activités !

Certains parcourent la France, d’autres sillonnent une région. Quelques uns « rentrent chez eux en hiver  » car ils ont un terrain quelque part, comme ces peintres en bâtiment qui allaient regagner le Cantal.

Deux fois par semaine, un bus vient sur l’aire faire classe aux enfants, leur enseigner les bases. Cette école est reconnue par l’Éducation nationale, mais ne couvre pas les horaires complets. Aussi les parents doivent inscrire leurs enfants àl’enseignement par correspondance ou les envoyer àl’école du village s’ils veulent être en règle avec l’administration et la C.A.F.
Ils apprécient qu’on passe les voir et que l’on s’intéresse àeux, ce qu’il faudrait dire àcertains ismérusiens pleins de suspicion àl’égard de ces gens du voyage aussi français qu’eux-mêmes !