GPS et la Culture

vendredi 25 mars 2011
par  Claude Rebotier

GPS : groupe de progrès s’interroge sur les progrès techniques et scientifiques, sociaux, politiques, et écologiques et sur ce qu’ils apportent à l’homme, en bien ou en mal, parfois les deux. Quelles questions poser ? Et comment les poser ?
GPS, groupe de solidarité, défend cette solidarité et cherche à la mettre en œuvre, en réfléchissant aux conditions et aux moyens de la faire vivre cette solidarité, ici et plus loin.

Où trouver des solutions ? Comment les apprécier ? Lesquelles choisir, s’il faut faire un choix ?

Chaque citoyen doit pouvoir trouver les exemples et les outils fournis par l’expérience des hommes, ceux d’il y a très longtemps ou nos contemporains, tout près de nous ou nés de l’autre côté des mers, pour les connaître, les rejeter ou les choisir. Et c’est là ce que lui apporte la culture, : les connaissances, largement acquises, librement examinées que chacun fera siennes, s’il le décide.

Dans nos communes confrontées à des questions concrètes de croissance économique, d’urbanisme débridé ou de vieillissement généralisé , sans oublier l’inquiétude des jeunes, les transports ou les pesanteurs sociales que peut bien apporter la culture ? Cette culture qui suscite soit de enthousiasme, vite suspect d’élitisme, soit de l’indifférence quand ce n’est pas de l’hostilité brutale. Et pourtant, s’il ne se les pose pas forcément, la culture pose des questions à chaque individu !

Qu’est -ce-que la culture ? Et que mettons-nous, chacun de nous, dans le mot et donc dans l’idée de culture ? Une fois définie, si nous y arrivons, devons-nous opposer la culture aux cultures ? La culture se résume-t-elle à des pratiques culturelles plus ou moins marchandes ? La culture est-elle entre nous facteur d’union ou de division ? Entre les groupes sociaux ? Entre les jeunes et les vieux ? Comment comprendre le rapport des jeunes avec la culture, via les médias et l’Internet ? Si consommer, c’est consumer, pouvons-nous envisager la culture comme objet de consommation ou comme une réponse à la société de consommation ? Voici quelques unes des questions que nous rencontrons dans nos vies...

Mais GPS peut légitimement s’interroger sue la place de la culture dans nos vies de citoyens. Nos responsables et nos élus peuvent aider à faire prendre conscience, et prendre conscience eux-mêmes, de la diversité et de la complexité de nos sociétés en favorisant l’accès de la culture au plus grand nombre, en donnant à nos concitoyens les moyens de la connaître et en s’informant et en tenant compte de leurs besoins. Certes, la culture ne résout aucun problème : elle les pose. Et elle est une manière de vivre nos différences et nos contradictions, sans les effacer.

Cultiver, c’est travailler pour faire naître, c’est espérer une récolte, c’est continuer pour transmettre.


Navigation

Agenda

<<

2018

 

<<

Avril

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30123456