GPS

Accueil > Solidarité > Accueil des réfugiés > L’hospitalité : choix ou nécessité ?

L’hospitalité : choix ou nécessité ?

dimanche 11 octobre 2015, par Jean-Paul Marangone

Compte rendu de la belle soirée organisée le 2 octobre par la FEP (Fédération d’entraide protestante) et le Diaconat de Grenoble. Participants GPS : Suzie et Roger Barlet, Jean-Paul Meyer et Jean-Paul Marangone.

En introduction une présentation des domaines d’activités du diaconat et des institutions rattachées (Cimade)
Puis pour poser la présentation, une relecture de l’excellente chronique de Bernard Guetta sur[France Inter]

La prestation de Catherine Wihtol de Wenden (Chercheur au CNRS et spécialiste des migrations internationales) replaçait le problème actuel de l’accueil des réfugiés en provenance de pays en guerre dont les arrivants Syriens, dans le contexte plus global des migrations internationales (240 millions de migrants internationaux estimés sur une population mondiale de 7 milliards d’individus)

Après une inventaire précis des catégories de migrants, elle donne un panorama des migrations internationales :

- en décrivant les zones touchées par le phénomène ; elle les résume en 4 catégories : Nord Nord, Sud Nord, Sud Sud et curieusement Nord sud
- en replaçant les migrations de manière dynamique : dans le temps àpartir des mouvements passés et présents ainsi que l’évolution du phénomène pour l’avenir : en particulier on peut s’attendre àune rapide augmentation du nombre de réfugiés environnementaux due au réchauffement climatique (estimation de 150 millions de personnes touchées àl’horizon 2030 ! )
Elle décrit avec précision (elle est aussi juriste) la situation juridique des migrants syriens vers l’Europe àpartir de la Convention de Genève de 1951 sur les demandeurs d’asile et les différentes évolutions récentes de l’attitude des différents états européens.

Elle fait preuve de grandes qualités d’humanité dans ses analyses ainsi que le montrent ses différents ouvrages en déplorant que la montée des extrémismes dans les pays hôtes conduit les gouvernements àdurcir les politiques d’immigration en érigeant des obstacles de toute nature pour décourager les candidats àl’immigration. Elle fait toutefois remarquer que ces mesures ont pour but de "rassurer" les citoyens en leur montrant que des actions sont prises mais qu’elles n’ont qu’un faible effet sur le volume du phénomène car le candidat au départ fuit une situation invivable et ne se préoccupe pas des difficultés qui l’attendent. Elle cite par exemple la présence du mur sur la frontière sud des USA qui n’a que très peu d’influence sur le nombre de Mexicains migrant vers les USA, mais montre que le gouvernement fait quelque chose.

Les questions des personnes présentes montrent le niveau de connaissance du phénomène et ont donné lieu àdes réponses très documentées.

Une très intéressante soirée qui donne envie de lire les ouvrages de la conférencière